Harris Burdick


Bonjour à toutes et à tous,

Aujourd’hui, nous allons vous parler du projet d’écriture à la manière d’Harris Burdick. Ce projet d’écriture est un projet pour les élèves de 5e et 6e années des classes de Julie Poulin et Annie-Geneviève Morel.

Ce projet a commencé en octobre 2016. Nous pouvions choisir de faire cette écriture seul ou en équipe de 2. La tâche à réaliser était de composer une nouvelle littéraire en s’inspirant des dessins créés par Harris Burdick. Notre défi était d’inclure la petite phrase qui se situait en-dessous du dessin choisi. Les trois images les plus choisies ont été :

la bibliothèque de M. Linden la chambre du second et les invités inattendus

En faisant cette écriture, nous avons développé notre créativité et notre pensée productive (le talent académique). Nous avons développé nos talents grâce aux dessins de Harris Burdick en imaginant des nouvelles littéraires à partir de ceux-ci. Nos professeures ont insisté pour que dans nos textes, il y ait une atmosphère mystérieuse et une chute (une fin inattendue).

En conclusion, la plupart des élèves ont bien apprécié cette activité. Nous en partageons une avec vous. La bibliothèque de M.Linden Une vieille dame ne voulait pas retourner son livre à la bibliothèque. Mais pourquoi ? Cachait-il un mystère ? Une malédiction ? Personne ne le savait sauf elle.

Après sa longue journée au travail, la vieille dame arriva enfin chez elle. Elle enleva son manteau, déposa son sac sur le sol, enleva ses souliers et se laissa tomber sur le sofa.

- Dure journée ? lui demanda son mari. La vieille dame soupira avant de lui répondre :
- Oh que oui… Pour se détendre, elle décida de lire un des livres qu’elle avait empruntés à la bibliothèque.
- Mais où sont mes livres ? demanda la vieille dame à son mari. Son mari sourit et expliqua à sa femme qu’il avait retourné tous les livres à la bibliothèque, car il était fatigué de les voir traîner sur leur bureau depuis des mois.
- Je pensais te faire plaisir en te rendant un petit service. La vieille dame n’en croyait pas ses oreilles. Ses mains devinrent moites. Cela voulait dire que son mari avait aussi retourné le livre qu’elle voulait tant garder pour une raison mystérieuse. Paniquée à l’idée que ce livre soit entre les mains de quelqu’un d’autre, elle remit son manteau, ses souliers et son sac à main puis, franchit la porte à toute vitesse. Direction la bibliothèque…

Arrivée à la bibliothèque, la vieille dame demanda à la bibliothécaire :
- Excusez-moi madame, savez-vous si quelqu’un aurait pris un livre noir et mauve qui s’intitule : « Magie magique » ? La bibliothécaire pianota sur le clavier de son ordinateur avant de répondre :
- Oui, il y a quelqu’un qui a pris ce livre… Maintenant, si vous n’avez pas de livre à enregistrer ou à retourner, alors dégagez !
- Oui, oui. Mais avant, donnez-moi le numéro de téléphone de la personne qui a enregistré le livre « Magie magique ». C’est une urgence !

La bibliothécaire donna le numéro de téléphone à la vieille dame et cette dernière courut vers la porte de sortie. Elle composa le numéro puis attendit une réponse. Après quelques sonneries, une petite voix se fit entendre.
- Bonjour, ici Thifany Bélanger.
- Bonjour Thifany. Je voulais seulement vous dire de ne pas ouvrir le livre « Magie magique » que vous avez emprunté à la bibliothèque ! D’accord ?
- ...
- Thifany ? Allôôô ?! Plus aucune réponse de Thifany. A-t-elle raccroché ? La vieille dame n’en avait aucune idée. Elle décida de demander de l’aide à la bibliothécaire.
- Encore vous ?
- Désolez de vous déranger encore une fois, mais j’aurais besoin de l’adresse qui a enregistré le livre « Magie magique »… C’est pour une urgence…

La bibliothécaire donna à contrecœur l’adresse à la vieille dame et celle-ci partit à la recherche de la maison de Thifany Bélanger, la fille qui était en danger !

Cela faisait plus d’une heure que la vieille dame cherchait la maison de Thifany Bélanger.
-  286 rue Des Craquelins, 286 rue Des Craquelins, se répétait la vieille dame pour ne pas oublier l’adresse. Elle était très stressée, inquiète et surtout fatiguée de chercher la maison.
-  282…284…286 ! Enfin ! » se dit-elle. Elle stationna son auto sur le bord de la route et sortit de son véhicule. Elle courut à toute vitesse vers la porte de la maison et cogna le plus fort qu’elle put. Ça ne répondait pas. La vieille dame cogna de plus en plus fort, mais toujours rien. Elle regarda par la fenêtre afin de vérifier si Thifany allait bien. Tout à coup, elle sentit un point de chaleur dans son ventre. Ses yeux devinrent grands comme des billes. Ses mains devinrent moites et elle recula d’un pas, terrifiée. Elle l’avait prévenue pour le livre. Maintenant c’était trop tard.

Nous avons très hâte de vous réécrire !